Comment la taxe sur les vins français instaurée par Donald Trump impacte les vignerons de l’hexagone ?

Comment la taxe sur les vins français instaurée par Donald Trump impacte les vignerons de l’hexagone ?

Comment la taxe sur les vins français instaurée par Donald Trump impacte les vignerons de l’hexagone ?

D’où vient cette taxe ?

 

Quand Emmanuel Macron a pris la décision en juillet 2019 d’instaurer une taxe sur les géants américains du numérique, les Gafa (acronyme signifiant Google, Amazon, Facebook et Apple), il ne savait pas que cette décision allait avoir de lourdes conséquences sur le vignoble français. En effet, le président américain, Donald Trump, a répondu directement en menaçant de taxer à son tour les vins français exportés aux Etats-Unis. "J'ai toujours préféré les vins américains aux vins français même si je ne bois pas de vin. J'aime leur aspect. Les vins américains sont super" rétorque t-il pour justifier sa menace. 

 

Voici la réaction du président américain sur Twitter concernant la taxe des Gafa.

 

Donald Trump a fait valoir devant l’Organisation Mondiale du Commerce que les subventions accordées à Airbus constituaient une concurrence déloyale vis-à-vis du géant américain Boeing. Il a donc obtenu un crédit de 7,5 milliards de dollars de taxe par an sur les produits importés de l’Europe, qu’il a choisi d’appliquer sur les vins français, espagnols et allemands. 

 

Le 18 octobre 2019, le président américain a mis sa menace à exécution et la taxe est entrée en vigueur. Les vins français, allemands et espagnols tranquilles (non pétillants) titrants à moins de 14° d’alcool seront taxés à hauteur de 25% de droits de douane supplémentaires à l’entrée sur le sol américain. 

 

 

Zoom sur les chiffres qui font l’importance de cette décision 

 

Dans le secteur viticole, la France représente le premier exportateur mondial en terme de  chiffre d’affaire. Pour ce qui concerne les volumes mondiaux exportés, elle se trouve à la troisième place avec 14 millions d’hectolitres exportés derrière l’Espagne (21 millions d’hectolitres) et l’Italie (20 millions d’hectolitres). Donald Trump envisage une taxation sur la valeur et non sur le volume, ce qui pénalise la France en priorité. 

Cette initiative constitue une grande inquiétude pour la sphère viticole française car les États-Unis représentent le premier marché d'export de vins et spiritueux français. Il pourrait donc y avoir d’importantes conséquences sur les ventes de vin français outre-Atlantique. 

 

Quelles sont les répercussions ? 

 

  • A court terme, avant l’entrée en vigueur de la taxe annoncée dès l’été, beaucoup de ventes ont été effectuées pour remplir les stocks avant le changement des prix. Le bilan des exportations de 2019 est positif, cependant sur le dernier trimestre de l’année, la taxe a entraîné un recul de 17,5% des exportations françaises selon la FEVS (Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux). Selon le ministère de l'Économie et des Finances, les exportations de vins français aux Etats-Unis ont connu une chute de 44% en novembre par rapport au mois d’octobre. 

  • Premièrement, une hausse des prix a été observée pour faire face à la taxe et amortir ses effets. Aux Etats-Unis, le circuit de distribution pour une bouteille de vin implique la participation de trois intermédiaires, chacun doit prendre sa part et prendre en compte la nouvelle taxe, ce qui fait varier le prix fortement. Une bouteille de vin passe par un importateur qui représente la porte d’entrée sur le sol américain, un distributeur qui distribue le produit aux détaillants et un détaillant qui vend le produit au consommateur final. C’est ce qu’on appelle le three-tier system. A cause du nombre d’intermédiaires, les 25% de taxe font que le prix augmente de plus de 25% avant d’arriver dans les mains du consommateur. 

  • Les emplois liés à l'importation et à la vente de produits européens sont menacés dans les différents états des États-Unis. Les petits détaillants, importateurs ou encore cavistes spécialisés sont les premiers concernés. Il y a déjà des suppressions d’emplois et des recrutements suspendus. Le fondateur d’une entreprise américaine qui importe des vins français et espagnols explique :  “Qui voudrait payer 28 dollars pour un verre de vin à 14 dollars ? Pas grand-monde.” 

  • Ensuite, d’après Thomas Montagne, le président de la Confédération européenne des vignerons indépendants, ce sont les vins de moyenne ou d’entrée de gamme qui seront les premiers touchés, pas les très grands crus. “S’ils ne sont pas consommés aux États-Unis, ils [les grands crus] le seront ailleurs, ce sont des vins de très grande garde qui peuvent attendre avant d’être vendus.” Les vins chers ont une forte élasticité-prix. Ils ont une grande renommée et peu importe la hausse du prix, l’amateur achètera une bouteille qui coûtait 120 euros à 150 ou 170  euros.

 

 

A long terme, les vignerons devront-ils changer leur façon de produire pour pouvoir entrer sur le marché américain ? 

 

La taxe instaurée concerne les vins tranquilles titrants à moins de 14° d’alcool. Les vignerons pourraient être tentés de produire des vins plus forts en alcool pour ne pas avoir à faire aux droits de douane supplémentaires. Mais cela changerait les équilibres traditionnels des vins et malheureusement aussi les arômes et les typicités. 

Pour avoir plus d’alcool dans un vin, il faudrait laisser les raisins mûrir plus longtemps, pour avoir plus de sucre, puis grâce à la fermentation alcoolique, plus d’alcool. 

Cependant, les régions ne sont pas égales devant ce problèmes puisque elles ne produisent pas traditionnellement des vins avec les mêmes degrés alcooliques. Par exemple, les vins de Bourgogne tournent habituellement autour de 12° alors que ceux du sud de la France peuvent atteindre facilement les 15°. 

 

En effet, c’est la tradition d’une région et le savoir-faire perpétué par différentes générations qui fait que le vin est unique et différent en fonction des régions. Si les arômes et les typicités du vin changent à cause de taxes, les vins risqueraient de perdre en authenticité. 

 

En exemple d’étiquette de bouteille de vin avec un degré d’alcool à 15°.

 

Et maintenant ?

 

Plus récemment, Donald Trump a menacé le Champagne d’une taxe de 100%, ce qui obligerait de nombreux professionnels à mettre la clé sous la porte. En effet, c’est tout simplement une nouvelle riposte à la taxe sur les Gafa imposée par la France. Cette menace a été désamorcée directement par un coup de téléphone entre les deux présidents. 

Le vignoble français craint aujourd’hui de payer les pots cassés des querelles diplomatiques entre l’Union Européenne et les Etats-Unis.

Depuis la mise en place de cette taxe, la crise sanitaire et économique du Coronavirus a rebattu les cartes du marché du vin à l’export. Voyons le verre à moitié plein, l’entrée en vigueur de la taxe en octobre 2019 a poussé les importateurs et distributeurs américains à remplir les stocks de vins français. Les américains devraient donc pouvoir, malgré la fermeture de leur territoire, boire encore quelques temps de bonne bouteilles hexagonales.