Les méthodes de culture en biodynamie

Les méthodes de culture en biodynamie

Les méthodes de culture en biodynamie

 

En 2019, selon l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), l’agriculture biodynamique représenterait dans le monde environ 1% des surfaces de vignes cultivées, l’agriculture bio représente 9% et le conventionnel 90%. Certes encore marginale, cette agriculture intéresse de nombreux consommateurs et certains des domaines les plus renommés comme la Romanée-Conti ou encore Château d’Yquem se sont eux aussi convertis à la biodynamie.

 

 

D’où vient la biodynamie ? 

 

Pour comprendre ce qu’est la biodynamie, il est important de connaître les origines de ce terme.

Dans les années 1920, Rudolf Steiner, un philosophe et scientifique autrichien, connu pour être le fondateur de l’anthroposophie a commencé à introduire les pratiques de biodynamie dans sa démarche scientifique. L’anthroposophie est une science basée sur la spiritualité humaine dans une dimension scientifique. 

ll met en avant les liens entre la terre et le ciel, entre les êtres vivants et les rythmes cosmiques tout en évoquant les bienfaits pour les plantes qui se trouvent au coeur de cette relation terre-ciel. 

Ensuite, d’autres chercheurs comme Maria Thun, paysanne pionnière de la biodynamie ont continué d’examiner la démarche de Steiner. 

L’efficacité des pratiques biodynamiques n’avaient pas encore été prouvées mais beaucoup de chercheurs ont continué d’approfondir cette réflexion qui deviendra un des courants fondateurs de l’agriculture biologique. 

 

Rudolf Steiner

 

 

Qu’est ce que la biodynamie ? 

 

Aujourd’hui, la biodynamie est une forme d’agriculture biologique. Elle ne s’applique pas seulement à la viticulture mais est utilisée pour d’autres productions agricoles en commençant par le jardinage par exemple. 

 

C’est une forme d’agriculture qui se fonde sur 3 piliers : 

 

  • Une agriculture holistique car elle prend en compte la terre comme un écosystème vivant avec des cycles lunaires et solaires qui impactent les plantations. 

 

  • Une agriculture régénérative qui redonne de l’importance à la conservation du sol, des plantes et à la qualité des aliments. Le compost est un exemple de pratique pour générer de la vie dans les sols et pour les plantes. 

 

  • Une agriculture positive qui donne des solutions concrètes aux problématiques écologiques actuelles. La biodynamie agit pour le bien de la Terre et des Hommes, ce qui apporte des bienfaits certains pour l’environnement. 

 

En résumé, c’est une agriculture qui prend en compte le calendrier lunaire et ses cycles pour pratiquer la culture de la terre. L’utilisation de produits naturels est primordiale tout en considérant l’environnement de la plante qui l’entoure. Le but est de dynamiser les sols et les cultures grâce à l’influence des astres et en prenant en compte les rythmes de la nature. Selon les biodynamistes, c’est en respectant la nature qu’elle donnera le meilleur d’elle-même. 

 

On peut voir ci-dessus une photo illustrant la relation entre les rythmes cosmiques et les êtres vivants, la terre et le ciel en communion.

 

 

Concrètement comment un vigneron pratique la biodynamie ? 

 

Beaucoup de vignerons utilisent maintenant la biodynamie comme mode de culture dans leur vigne. A Chinon, le Domaine Jourdan confirme les avantages des pratiques biodynamiques sur les raisins. “Le respect des rythmes naturels permet d'augmenter l'efficacité des travaux sur la vigne, de stimuler les défenses naturelles de la plante et permet au raisin d'exprimer son terroir. La biodynamie permet de maintenir un équilibre entre notre sol, notre vigne et les organismes vivants qui l'habitent.” 

Pour Francis Jourdan, “avoir l’amour du vin, c’est d’abord aimer sa vigne.

 

Les préparations biodynamiques, des remèdes de grand-mère homéopathiques ? 

 

Dans le quotidien d’un vigneron, l’application de la biodynamie prend plusieurs formes. D’abord, il existe plusieurs types de préparations biodynamiques à appliquer dans la vigne. Les préparations sont beaucoup utilisées en biodynamie et sont des recettes à asperger ou épandre dans les vignes. 

 

Voici quelques exemples de préparations biodynamiques : 

 

  • La 500, une des recettes emblématiques de la biodynamie, consiste à mettre de la bouse de vache dans des cornes et à les enterrer dans le sol pendant 6 mois. Cela va stimuler la croissance des racines et augmenter la production d’humus. Le but étant d’améliorer la structure et la vie du sol. 

 

Préparation de bouse de corne, la bouse est récoltée sur le sol puis mise dans les cornes. 

 

Puis, en déterrant les cornes du sol, elles vont servir à autre chose. On va pouvoir utiliser la bouse pour dynamiser l’eau. Ce mélange d’eau et de bouse fermenté va être répandu sur les feuilles de vigne pour améliorer la qualité de la production et augmenter la résistance aux maladies. Tout est donc réutilisé ! Cependant, les proportions de bouse de vache sont utilisées en très faible quantité, ce sont des doses homéopathiques qui sont ajoutés à l’eau. 

 

Dynamisation de l’eau en mélangeant la bouse à l’eau au domaine Camille Braun en Alsace. 

 

  • L’utilisation de tisanes est aussi vivement pratiquée comme une sorte d’homéopathie. Les pissenlis stimulent la croissance et aide les plantes à résister aux maladies et les orties apportent le fer dont la plante a besoin pour grandir. 

 

Récolte de pissenlis pour faire de la tisane.

 

  • Le compost est exploité pour aider la fertilisation grâce à du fumier provenant de fermes biologiques car ne l’oublions pas pour avoir la certification biodynamique il faut d’abord être bio !

Mise en place du compost au Domaine des Gravennes dans les Côtes du Rhône. 

 

Le respect du calendrier lunaire pour rythmer les tâches quotidiennes

 

La biodynamie garantie une démarche axée sur la qualité et l’éthique, c’est pourquoi le Domaine Camille Braun en Alsace s’est converti. Les Braun plébiscitent notamment “la prise en compte du calendrier lunaire, de la plantation de la vigne jusqu’à la mise en bouteille, pour chaque intervention en rapport avec la plante ou le vin”.

 

Ce calendrier lunaire est une partie très importante des pratiques biodynamiques, il rythme la vie des vignerons. Des jours sont définis en fonction des alignements des planètes et pour respecter le cycle naturel des plantes. Les jours fruits, racines, feuilles et fleurs ainsi que les jours de pleine lune sont très importants et régissent les travaux des vignerons. Il faudra en effet faire les vendanges, les mises en bouteilles, les travaux dans la vigne selon le calendrier. Les jours fruits par exemple sont les meilleurs jours pour déguster le vin. 

 

Exemple d’un calendrier lunaire

 

 

Qu’en est-il des certifications ? 

 

La marque Demeter a été crée en Allemagne en 1932 et est aujourd’hui la seule marque biodynamique reconnue internationalement, ce qui est un avantage à l’export. Il existe aussi une marque appelée Biodyvin qui s’applique qu’au secteur viticole délivré par le Syndicat International des Vignerons en Culture Bio-Dynamique. 

Pour prétendre à la certification Demeter, les vignerons doivent obligatoirement avoir la certification biologique. Le cahier des charges est strict.

ll existe deux certifications Demeter différentes, une certification de la vigne avec la mention “vin issu de raisins Demeter” sur la bouteille de vin mais sans aucun logo. Puis, une certification de la vigne et de la vinification avec la mention “vin Demeter” ou “vin biodynamique” avec le logo Demeter. Ce qui signifie que pour avoir le logo Demeter il faut suivre les principes biodynamiques dans la vigne et dans le chai, du début à la fin du processus de production de vin. De la vigne à la bouteille, si le vin est biodynamique il peut être garanti par la certification Demeter. 

Par exemple, un élément pour être biodynamique du côté de la vinification est le taux de sulfites autorisé. Par exemple, en agriculture conventionnelle, le taux maximal est de 210 mg/L, en bio il est de 150 mg/L et avec la certification Demeter, il est de 90 mg/L.

 

En comparant la biodynamie avec l’agriculture bio, on observe qu’il y a beaucoup moins de contrôles en biodynamie. Le cahier des charges de l’agriculture biologique est très précis et strict avec des vérifications faciles à effectuer et des contrôles fréquents. Les pratiques biodynamiques sont très peu contrôlées par les certifications qui attribuent le label et se basent sur un système déclaratif.

Pour en savoir plus sur les différentes certifications de la viticulture, dirigez vers notre article. 

 

Logo du label Demeter que l’on voit sur les bouteilles de vin en biodynamie. 

 

Pour le Domaine des Gravennes dans les Côtes du Rhône, “La biodynamie est au coeur de nos valeurs premières. Le maintien des bois et lavandes autour des parcelles résulte de la volonté profonde du domaine de favoriser la biodiversité et l’équilibre du système écologique des Gravennes.”

 

 

Pour conclure 

 

Finalement, l’agriculture biodynamique au sens large se pratique sur tous les continents car même si en France elle est devenue populaire grâce à la viticulture, la biodynamie existe depuis des années dans certains autres pays comme l’Australie, l’Inde, le Brésil ou le Japon. 

 

Cependant ce ne sont pas les doutes qui manquent dans le secteur viticole en ce qui concerne la biodynamie. 

La comparaison avec le bio est une des principales critiques envers la biodynamie, l’agriculture biologique s’appuyant sur des expérimentations et des innovations de la part des scientifiques contrairement à la biodynamie fondée sur des croyances et des pratiques ésotériques. Le manque de contrôle des exploitations labellisées est également souvent cité.

Bien sûr, les dérives des pratiques biodynamiques aident aussi à faire émerger les doutes : des préparations toutes faites ou encore des stages d’initiation douteux vendues à prix d’or à des vignerons en sont des exemples.

Les biodynamistes ont beau être définis comme des illuminés par leurs détracteurs, une chose est sûre, les vignerons qui pratiquent la biodynamie sont des convaincus. Pour eux, les pratiques qu’ils appliquent tous les jours donnent âme et authenticité à leurs vins. C’est une philosophie de vie plus qu’un argument de vente. 

Et c’est souvent dans la vigne, en constatant des changements et des améliorations qu’ils ont fini d’être convaincus que la science n’était pas la seule ligne directrice de leur métier.

La biodynamie a encore de beaux jours devant elle et continuera certainement d’alimenter les débats des amateurs et des professionnels.

 

Share a Comment