L'importance du verre à vin pour mieux apprécier la dégustation

chais-château-tronquoy-lalande

L'importance du verre à vin pour mieux apprécier la dégustation

Votre année d’adoption touche à sa fin et vous venez de recevoir votre cuvée privée. Evidemment l’impatience d’ouvrir ces bouteilles vous ronge et ça tombe bien, vous avez des ami(e)s à la maison demain soir. L’occasion de pouvoir déguster le fruit de votre année d’adoption.

Alors bien sûr, vous voudriez d’abord vous faire un avis personnel pour en parler le mieux possible à vos invités. Ni une ni deux, vous vous empressez de prendre le premier verre qui vous tombe sous la main, mais c’est à ce moment-là que vous devriez cesser immédiatement tout mouvement et vous concentrer sur ce qui suit. Pour déguster le vin, il y a certaines règles à respecter, et le verre en fait partie. N’allez surtout pas croire que cela s’apparente à du snobisme : un verre peut grandement participer à la qualité de l’expression du vin. On va faire le tour du propriétaire pour que vous puissiez pleinement profiter de votre cuvée privée.

 

La base de la base

Lors de la dégustation, votre attention devrait se baser sur trois facteurs : la couleur du vin, l’odeur, et enfin le goût. Le choix du verre va servir à rendre ces aspects plus lisibles et plus évidents, en vous permettant de profiter pleinement de toute la splendeur du produit. Chose qui ne serait pas possible dans certaines conditions de service. Par exemple, on ne va pas vous surprendre en vous interdisant formellement de servir votre vin dans un gobelet en plastique ou un verre sans pied.

Avant toute chose, il faut que vous sachiez identifier les différentes parties du verre. Certaines parties sont importantes pour savoir comment le vin va interagir avec son environnement.

  • Le calice est la partie supérieure du verre, aussi appelée bol ou ballon.

  • L’épaule correspond à la partie la plus large du verre, là où se développent les arômes au contact de l’air.

  • La jambe désigne la partie reliant le calice à la cuvette.

  • La cuvette, se trouve au bas du pied et forme une coupelle sur laquelle repose le verre.

C'est d’ailleurs par la cuvette que vous devriez tenir votre verre de vin. Pourquoi? Pour éviter de rapprocher inexorablement votre main du précieux nectar que vous venez de verser dans votre verre, et donc, le réchauffer. Même si vous faites attention, le verre pourra toute de même vous glisser entre les doigts avec la gravité. Maintenant si vous trouvez cela plus confortable de tenir votre verre par la jambe, on ne va pas vous mettre une amende non plus.

 

Quel verre choisir ?

Maintenant passons aux choses sérieuses. Pour que votre vin rende tout son potentiel, le verre doit faciliter les trois facteurs de lecture évoqués précédemment : la couleur, l’odeur et le goût. En utilisant un verre le moins épais possible par exemple, vous avez moins de chance de troubler votre perception de la couleur (pensez tout de même à bien le nettoyer avant la dégustation). De plus, vous aurez l’avantage de ne pas sentir une barrière entre vos lèvres et le vin, une double valeur ajoutée.

Prêtez également une attention toute particulière à la forme du verre. Celle-ci doit être en forme de tulipe, c’est-à-dire que le calice doit être assez large à la base pour permettre une bonne oxygénation du vin et la libération des arômes. Au niveau de l’ouverture, il doit se resserrer pour permettre à votre nez d’humer les-dits arômes qui se concentrent au niveau de cette partie.

Enfin, la taille a aussi son rôle à jouer. À partir du moment ou le vin sort de sa bouteille, il entre en contact avec l’air et profite de cela pour s’épanouir. Donc, plus le vin est en contact avec l’air et plus il a de place pour le faire, plus il va “s’ouvrir”, et c’est là que vous allez pouvoir apprécier toutes ses qualités. Donc faites de la place à votre vin ! 30cl est en général l’idéal. 

Dernière chose, le verre se remplit au maximum au tiers, pour permettre au vin d’être au maximum en contact avec l’air. Vous pouvez d’ailleurs aider le vin à s’aérer en le faisant tourner dans le verre.

Si vous voulez avoir une image en tête, le verre incontournable c’est le verre INAO, juste là :

verre-inao

À chaque couleur son verre ?

Vous avez certainement déjà entendu parler des verres à Sauternes, Bordeaux, Chardonnay ou encore Bourgogne. Oui, il existe des verres spécialement conçus pour accueillir un type de vin en particulier.

On parlait du verre INAO juste avant, qui est un peu la base de tout. Vous pouvez dès lors compléter votre verrerie avec des verre à Bourgogne ou à Bordeaux par exemple. Pourquoi ceux-là plutôt que d’autres? Simplement car ils sont les plus répandus. Un verre à Bourgogne sera plus refermé au niveau de l’ouverture pour mieux concentrer les arômes et moins aérer le pinot noir et laisser le fruit s’exprimer pleinement. Un verre à Bordeaux quant à lui sera plus effilé et aura une plus grande ouverture, permettant une meilleure oxygénation du vin.

De manière générale pour les vins rouges, optez pour des verres avec un calice bombé et une ouverture un peu plus restreinte. Vous pourrez alors apprécier tous les arômes développés au fond du verre remontant vers le haut du verre.

Pour le vin blanc, choisissez des verres au calice plus étroit et assez grands. La grande taille permettra également de réchauffer le moins possible ce vin que l’on sert généralement frais. Un calice plus étroit avec une ouverture restreinte permettra de mieux concentrer les arômes. Mais alors pourquoi ne pas le servir dans un verre à Bourgogne ? Eux aussi ont une petite ouverture ! Et bien sur le papier, vous pouvez, rien ne vous en empêche ! Mais un vin blanc n’a pas forcément besoin d’être tournoyé dans le verre pour révéler ses arômes. De plus, certaines appellations perdent en nuances au contact de l’air.

Pour résumer 

  • Pour le rouge, on utilise un calice plutôt grand pour bien développer les arômes au fond du verre et une ouverture moyennement restreinte pour concentrer le nez mais pour tout de même aérer le vin si les tanins sont trop présents

  • Pour le blanc, on utilise un verre assez grand et effilé, au calice plus étroit et à l’ouverture fine pour ne pas laisser beaucoup de place à l’air et, encore une fois, concentrer les arômes en haut du verre

 

Mais pour le champagne alors ? On met des flûtes ou des coupes ?

Alors, on va peut être vous surprendre, mais si vous adoptez des vignes dans un de nos domaines en Champagne, ni l’une, ni l’autre.

Le champagne reste un vin, et donc à l’instar d’un blanc ou d’un rouge, le verre dans lequel il est servi doit lui aussi bénéficier d’une largeur suffisante au niveau du calice pour développer son potentiel et une ouverture de plus faible diamètre pour révéler ses arômes. 

Si il vous reste les flûtes (ou les coupes) de votre grand-mère, on ne va pas vous en vouloir de les utiliser. Elles ont tout de même l’avantage de mettre le champagne en valeur grâce à leur grande taille et leur calice très étroit, permettant de mieux distinguer les bulles s’y accrochant. Mais pour une dégustation, on vous conseille vraiment de partir sur un verre que vous utiliseriez pour du vin blanc, c’est là que vous pourrez apprécier toute la complexité et sa personnalité.

 

Voilà, vous savez tout pour organiser une superbe dégustation et passer un bon moment. Une dernière petite chose à préciser cependant. Quelques soient les verres que vous choisirez, assurez-vous de bien les entretenir. Un verre a la fâcheuse tendance d’accaparer les odeurs très facilement, celles-ci peuvent altérer le goût du vin. Préférez un lavage à la main à l’eau chaude avec très peu voir pas de produit vaisselle, qui peut lui aussi laisser des odeurs sur le verre. Essuyez vos verres délicatement avec un chiffon doux et non-pelucheux, en les tenant par le calice pour éviter de les casser. 

De beaux verres auront aussi l’avantage de mettre tout le monde dans de bonnes dispositions pour apprécier le vin. 

 

Bonne dégustation !